Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Edito

Le mot du directeur

Déjà avril… Les deadlines s’enchaînent à un rythme soutenu et le temps file vite. Beaucoup de projets ont été soumis par les chercheurs de GM ces dernières semaines, en réponse aux différents appels à projets des acteurs institutionnels de la recherche académique (ANR, MUSE, ERC, INSU ISOTOP, CNRS "Osez l’Interdisciplinarité", CNES…) ou en partenariat avec des collectivités ou des industriels. L’exercice est souvent chronophage, pas toujours récompensé, mais pourtant indispensable à la vie scientifique d’un laboratoire comme le nôtre.
Dans ce numéro, vous pourrez par exemple lire un article sur la clôture du projet européen de réseau international de formation "Abyss", coordonné par Margot Godard à GM et qui se termine après quatre ans d’activités intenses et productives, ce dont témoignent nombre de publications et de communications en congrès, colloques et workshops. Une partie des étudiants du réseau ont soutenu leur thèse, d’autres la préparent… Nous leur souhaitons bon vent pour la suite.

Vous pourrez aussi découvrir le projet de démonstrateur Dem’Eaux Thau, coordonné par Michel Seranne pour ce qui concerne l’implication de GM, portant sur le fonctionnement hydrogéologique de la région de l’étang de Thau. Le travail de GM sur Dem’Eaux Thau démarre maintenant, après une période de mise en place compliquée et longue, illustrant parfaitement les difficultés et lenteurs administratives auxquelles le laboratoire doit parfois faire face pour avancer efficacement dans ses objectifs scientifiques.

Outre quelques nouvelles de l’avancée des travaux sur l’arc des Petites Antilles dans le cadre du projet ANR GAARAnti, déjà évoqué dans ces pages l’an dernier, vous pourrez découvrir aussi le projet HATARI, financé par l’INSU, que pilotent Christel Tibéri, Stéphanie Gautier et Fleurice Parat, sur le rift Est-Africain en Tanzanie. Ce projet comprend des collaborations interdisciplinaires, combinant géophysique, pétrologie, écologie et géographie.

Pour faire fonctionner nos projets de recherche, le laboratoire s’appuie souvent sur des agents sous contrats à durée déterminée, doctorants, jeunes chercheurs post-doctorants, ingénieurs ou techniciens, sans qui, dans le paysage actuel de la recherche académique, nos projets ne sauraient aboutir. Le portrait dans ce numéro est consacré à Valérie Laurent, CDD dans notre service gestion depuis deux ans. Son professionnalisme et son enthousiasme illustrent parfaitement la plus-value apportée au laboratoire par l’ensemble de ses personnels non-permanents.

Bonne lecture,

Benoit Ildefonse