Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Vie du labo

Trois nouvelles équipes

Les trois groupes qui constituaient l’équipe Risques deviennent désormais des équipes à part entières.

Équipe : Géologie et Géophysique de la Zone critique (G2Zo)

Responsable : Philippe Vernant

L’équipe G2Zo fédère une vingtaine de personnes de disciplines diverses (magnétisme des roches, hydrogéophysique, gravimétrie, tectonique active, géodésie, géodynamique, géomorphologie, karstologie) autour de la compréhension de la formation et du fonctionnement de la zone critique (zone où interagissent les roches, les sols, l’eau, l’air et les organismes vivants pour donner à la Terre sa morphologie sur des échelles de temps très variables).
Les chantiers sont interdisciplinaires et collaboratifs : archéologie (archéomagnétisme et prospection géophysique), hydrologie des Grands Causses et de la Fontaine-de-Vaucluse, karstologie, déformation des réservoirs géologiques, relations entre érosion des massifs montagneux et mécanismes de déformations intraplaques, tectonique active (Méditerranée, Moyen Orient, Asie Centrale,..). Une part importante de l’activité de l’équipe est consacrée au développement d’instruments dans différentes disciplines (gravimétrie, hydrogéophysique, magnétisme) notamment à des fins d’innovation au service de la société civile (géothermie et panneaux solaires à air chaud). L’équipe est fortement impliquée dans des taches d’observation long-terme dans le cadre des SNO H+ et KARST (étude des eaux souterraines) et RESIF-RENAG (étude des déformations tectoniques et de la vapeur d’eau atmosphérique par GPS). Quand cela est possible, les recherches sont conduites avec la société civile dans le cadre de projets de sciences participatives (bio-surveillance des particules fines en milieu urbain, morphologie et hydrologie du karst).

Équipe : Dynamique des Processus de Surface (DPS)

Responsable : Frédéric Bouchette

Les activités de l’équipe DPS sont centrées sur la compréhension des phénomènes hydro-sédimentaires, mécaniques, chimiques et bio-géochimiques (ainsi que leurs interactions complexes) qui se manifestent dans la partie la plus superficielle du système Terre, et généralement sur les échelles de temps récentes (Quaternaire, Holocène à événementiel). Le cœur d’activité de l’équipe concerne l’étude de mécanismes (instabilités, événements extrêmes, crises géologiques et environnementales) en lien avec les échappements fluides en zone océanique, la dynamique côtière, littorale, et lagunaire, les crues fluviatiles, les instabilités de pente, et les manifestations de surface du volcanisme.
L’équipe intervient sur de nombreux chantiers à la surface du globe (Taiwan, USA, marge Pacifique, Polynésie française, Alpes, Grands Causses, Maghreb, Méditerranée, Espagne, Norvège,...). Quelques travaux portent sur l’étude des exo-planètes. La plupart de ces chantiers s’inscrivent dans des grands thèmes de la politique de site de l’université de Montpellier tels que "Mer, océan & littoral" et "Eau continentale".
Les compétences propres des membres de l’équipe couvrent la mécanique, la géophysique, la géochimie, l’océanographie, la géologie sédimentaire et la géomorphologie quantitative. La majorité des recherches s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire, incluant un réseau de partenaires hors laboratoire GM (biologie, mathématiques, mécanique, physique, chimie).

Équipe : Aléas Telluriques (AT)

Responsable : Matthieu Ferry

L’équipe Aléas Telluriques compte une quinzaine de personnes et s’intéresse aux processus tectoniques et morphogénétiques contrôlant les aléas géologiques associés à la dynamique des chaînes de montagnes intra-continentales et des zones de subduction. Les recherches de l’équipe portent en particulier sur l’étude des failles actives et des glissements de terrain ainsi que sur les interactions entre la déformation crustale et les processus de surface (érosion, sédimentation, climat).
Les chantiers de l’équipe se distribuent autour de divers contextes géodynamiques : le bassin méditerranéen (Grèce, Italie, Jordanie, Maroc, Turquie), l’Afrique de l’Est, l’Himalaya, la Mongolie, Taïwan, le Japon, la Nouvelle-Zélande, l’Amérique du Nord (Alaska, Nevada, Yukon, Québec) et le Chili. Des chantiers locaux sont dédiés à l’observation continue et à l’étude d’aléas régionaux : glissements de terrain (Pégairolles-de-l’Escalette), déformation crustale et sismicité (Alpes, Occitanie, Pyrénées).
Les outils et approches mise en œuvre pour imager et analyser la lithosphère, la proche surface et la surface sont : l’imagerie spatiale (optique, hyperspectrale, photogrammétrie), l’imagerie géophysique (électrique, sismique active et passive), la morphométrie (drones, microtopographie), la géodésie terrestre et spatiale (GPS, gravimétrie) et la sismologie. Les données obtenues permettent de contraindre des modèles analogiques et numériques.