Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02
Nom tutelle large
OREME

Accueil > À la une

Hommage au Professeur Adolphe Nicolas

Hommage au Professeur Adolphe Nicolas

Nous avons la tristesse de vous faire part du décès du Professeur Adolphe Nicolas, à l’âge de 84 ans.
Formidable professeur de géologie, très grand scientifique, Adolphe Nicolas était professeur émérite depuis 2003 au sein de son laboratoire Géosciences Montpellier. Adolphe était marié et père de quatre enfants. Né en 1936 à Rennes, il vécut les années d’après-guerre au Maroc où son père était médecin de l’OMS, ce qui lui donna l’opportunité de passer les années du baccalauréat aux USA. Après des études supérieures associant la physique et les sciences de la Terre à l’Université de Paris, il obtint son premier poste d’enseignant à l’École des mines de Nancy, de 1958 à 1965. À la suite de quoi, il intégra l’université de Nantes où il fut nommé professeur en 1968 et où il créa le Laboratoire de Tectonophysique, petite équipe rapidement très performante qui a produit des travaux de premier ordre dans les domaines de la pétrophysique du manteau terrestre et de la compréhension du fluage des roches à l’état solide à partir des orientations cristallographiques des minéraux. Ces développements s’appuyèrent notamment sur des collaborations initiées au tournant des années 70 avec l’école française de Métallurgie physique, en particulier avec Jean-Paul Poirier avec qui il publia l’ouvrage de référence "Crystalline Plasticity and Solid State Flow in Metamorphic Rocks" (1976). En 1986, une partie de l’équipe nantaise migra à Montpellier, à la demande du Professeur Maurice Mattauer.
L’intérêt d’Adolphe Nicolas pour le manteau terrestre ne s’est jamais démenti au cours de sa carrière, jalonnée par de très nombreuses publications et sept ouvrages. Ses contributions concernent notamment les microstructures et les processus physiques associés, l’anisotropie sismique liée aux processus rhéologiques, ou encore l’accrétion de la lithosphère océanique vue à travers le prisme des ophiolites. Les années 80 et 90 furent marquées par l’intérêt croissant d’Adolphe pour la lithosphère océanique, porté par l’opportunité d’étudier l’exemple exceptionnel de l’ophiolite d’Oman, très certainement le terrain de jeu favori d’un éternel amoureux du travail de terrain. Sur ce sujet, il a formé de nombreux jeunes chercheurs et mobilisé de très nombreuses collaborations.
De 1986 à 2003, Adolphe Nicolas enseigna la tectonique et la pétrophysique à l’Université de Montpellier. Engagé pour sa communauté scientifique, il fut directeur adjoint de l’INSU dans les années 80, directeur du laboratoire de Tectonophysique à Montpellier de 1986 à 1994, directeur de la Fédération de recherche ISTEEM (Institut des Sciences de la Terre, de l’Eau et de l’Espace de Montpellier) de 1994 à 1997, puis Conseiller pour les Sciences de la Terre et de l’Environnement au Ministère de la recherche de 1997 à 2000. A son retour à Montpellier, il reprit ses enseignements à plein-temps à l’université, et donna en outre des cours à l’EPF (antenne montpelliéraine de l’Ecole Polytechnique Féminine), ceci jusqu’à sa retraite en 2003.
Professeur émérite depuis lors, il poursuivit avec l’intensité qui le caractérisait une activité à temps plein, partagée entre la partie purement scientifique, et celle de diffuseur des premiers avertissements sur l’évolution planétaire et ses conséquences climatiques. Ces réflexions issues de son passage au Ministère de la recherche et de la fréquentation des climatologues le conduisirent à la rédaction de trois ouvrages (2050, Rendez-vous à risques ; Futur empoisonné ; Énergies, une pénurie au secours du climat) et à donner de nombreuses conférences sur le sujet. Son dernier livre est un ouvrage pédagogique "Principes de Tectonique", réédition pilotée par son collègue et ami Jean-Luc Bouchez d’un ancien volume victime de sa popularité.
Adolphe Nicolas était un travailleur infatigable et d’une efficacité redoutable, ce dont témoigne une production scientifique remarquable et célébrée internationalement. Son charisme, son dynamisme et sa générosité entrainaient ses collaborateurs et percolaient à travers son enseignement. Nombre de ses anciens étudiants ont exercé ou exercent des fonctions importantes dans la recherche académique ou dans le domaine industriel.
L’apport d’Adolphe à la communauté scientifique nationale et internationale est ponctué par de nombreuses distinctions : Officier des palmes Académiques, Chevalier de la Légion d’honneur, Fellow de l’American Geophysical Union, Médaille d’argent du CNRS, Veinig Meinez Medal, Membre de l’Institut universitaire de France, Prix Dolomieu de l’Académie des sciences, Harry Hess Medal de l’American Geophysical Union.

Adolphe manquera beaucoup à ses collègues, ses amis et sa famille, à qui l’ensemble du laboratoire présente ses sincères condoléances.


Françoise Boudier (Prof. émérite de l’Université de Montpellier)
Benoit Ildefonse (chercheur CNRS, Directeur de Géosciences Montpellier)