Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02
Nom tutelle large
Nom tutelle large
OREME

Accueil > Actualités

Conférence GM & ED Gaïa : Naissance, croissance et rupture des chambres magmatiques : le rôle des flux de magma, de chaleur et d’eau

Conférence GM & ED Gaïa : Naissance, croissance et rupture des chambres magmatiques : le rôle des flux de magma, de chaleur et d'eau

par Catherine ANNEN (Institut de Géophysique de Prague, République tchèque)
Vendredi 20 mai 2022 à 14h SC23.01, Campus Triolet, Université de Montpellier
et en visioconférence

suivre la conférence via Zoom
id de réunion : 94981684186

Notre connaissance des chambres magmatiques est limitée par l’absence d’observations directes, mais grâce à la simulation numérique, nous pouvons contraindre les conditions requises pour la formation d’une chambre dont le degré de fusion est suffisant pour alimenter une éruption volcanique. Nous pouvons aussi explorer le rôle de l’exsolution de gaz dans la rupture de la paroi de la chambre et dans le déclenchement de l’éruption. Les résultats des modèles montrent que la formation d’une grande chambre magmatique nécessite un flux de magma beaucoup plus rapide que ce que suggèrent les données géochronologiques obtenues sur des plutons granitiques. Les intrusions ne formeraient donc que rarement des chambres magmatiques. Pour alimenter une éruption les parois de la chambre doivent se fracturer. L’exsolution de gaz est souvent présentée comme une cause possible de cette fracturation. Le flux de gaz exsolvés est contrôlée par le refroidissement et la cristallisation du magma. Les modèles indiquent que ce flux est trop bas pour créer la surpression nécessaire à la rupture. En revanche, la force d’Archimède qu’exerce le gaz au toit de la chambre pourrait, dans certains cas, mener à la fracturation.

Catherine Annen est titulaire d’un doctorat en volcanologie de l’Université de Clermont-Ferrand et de l’université de Genève. Elle a été chercheuse à l’Université de Bristol (UK), à l’Université de Genève (CH) et à ISTerre (Chambéry). Depuis février 2021, elle est membre de l’Institut de Géophysique à Prague. Son thème principal de recherche est la modélisation de l’évolution des corps magmatiques.