Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02
Nom tutelle large
Nom tutelle large
OREME

Accueil > Actualités

Conférence GM & ED Gaïa : Déformation à la limite nord de la plaque Caraïbe enregistrée dans les récifs quaternaires émergés

Conférence GM & ED Gaïa : Déformation à la limite nord de la plaque Caraïbe enregistrée dans les récifs quaternaires émergés

par Christine AUTHEMAYOU, Geo-Ocean Brest
Vendredi 30 septembre 2022 à 14h amphi 23.01 campus Triolet et en visioconférence
Participer à la conférence Zoom
ID de réunion : 986 1174 3604

La plaque Nord Américaine en contact avec la plaque Caraïbes est affectée par un mouvement général vers l’Ouest. Du Guatemala à l’île d’Hispanola, la limite de plaques est principalement transformante sénestre. A l’Est vers Puerto Rico, cette limite transformante passe progressivement à une zone de subduction impliquant le chevauchement de la plaque Caraïbes sur la plaque Nord Américaine. Cette zone de transition est associée en parallèle à la collision de la plateforme carbonatée des Bahamas contre les îles d’Hispaniola et de Cuba. Ce cadre géodynamique entraine un soulèvement de ces îles. Depuis le Quaternaire, ce soulèvement est enregistré par la mise en place de séquences de terrasses marines sur les côtes. Ces séquences forment des marches d’escalier qui enregistrent l’interaction de la tectonique, des variations eustatiques et de la dynamique océanique. Leur étude permet de déterminer l’évolution spatio- temporelle des déformations récentes, l’enregistrement eustatique et l’érosion marine. L’analyse de ces marqueurs à Cuba et Haiti, partie occidentale de l’île d’Hispanola, révèle des variations rapides du régime de déformation en lien avec les variations crustales spatiales et de la dynamique en profondeur de la limite de plaques. Elle permet aussi de quantifier l’érosion côtière et la fréquence des évènements de vagues extrêmes produites par les ouragans et tsunamis.

Christine est enseignante-chercheuse géologue spécialiste de la tectonique et de la géomorphologie. Elle a rejoint le laboratoire Géo-Océan en 2008 où elle a été co-directrice du département de géologie, puis directrice du Master “Géosciences océan” en 2016 et enfin co-responsable d’une des équipes de recherche du laboratoire en 2020. Ses activités de recherche se concentrent principalement sur la détermination de l’activité tectonique des zones côtières. Elle s’intéresse aux terrasses marines comme marqueurs du soulèvement, mais aussi des variations eustatiques et de l’activité dynamique océanique. Après avoir ciblé ces études en Algérie et en Indonésie, elle travaille sur l’activité tectonique de la limite nord de la plaque Caribéenne avec des chantiers sur Cuba et en Haiti. Les résultats permettent d’améliorer les connaissances sur la morphogénèse de ces marqueurs, sur la géodynamique générale de la zone, mais aussi sur l’aléa sismique et l’aléa climatique des zones côtières tropicales.