Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Public-Presse > Ressources documentaires > Anciens thèmes de recherche > Risques naturels et Environnement > Séquestration CO2

Les approches théoriques classiques

Les approches théoriques classiques et les constantes utilisées pour modéliser les processus cinétiques qui contrôlent la diagenèse naturelle (faible déséquilibre) des réservoirs sont a priori peu adaptées. En tout état de cause, elles ne sont pas vérifiées expérimentalement dans les conditions thermodynamiques correspondant à l’injection massive de CO2 et à la minéralisation du carbone en domaine acide [Rosenbauer et al., 2005].

La pertinence du débat concernant la faisabilité du stockage des excédents de CO2 atmosphériques est mise à mal par le peu de données quantitatives permettant :

- de déterminer avec suffisamment de précision les caractéristiques des processus réactionnels,

- de contraindre la dynamique des modifications structurales du milieu poreux induites par ces transferts de masse,

- de préciser le devenir à long terme des produits de réaction (e.g. solutés riche en Si et Al),

- d’optimiser le protocole d’injection et de monitoring des sites hôtes en fonction des aléas géologiques.