Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Vie du labo

Olivier Alard en Australie

Olivier Alard est parti en janvier en Australie pour trois ans. Le projet qu’il mène au GEMOC à l’université Macquarie de Sydney porte sur les échanges des éléments volatils via le prisme des éléments chalcophiles, entre la terre profonde et les exosphères durant les différentes époques géologiques. Les éléments volatils tel que C, H, N et le S ont une importance toute particulière puisqu’ils déterminent l’habitabilité de notre planète et sont aussi essentiels à son activité géodynamique. S, Se et Te forment le groupe des chalcogénures qui sont chalcophiles et volatils. Du fait de leurs propriétés cosmo/géochimiques, l’abondance et le fractionnement élémentaire et isotopique de ces éléments nous permettent de mieux comprendre (i) l’origine des éléments volatils sur Terre, (ii) leurs processus de transports dans le manteau en fonction de leurs spéciations, et (iii) les modalités de transfert de ces éléments vers les enveloppes externes. De plus, ces éléments ont un intérêt économique et stratégique important car ils sont associés aux éléments du groupe du platine qui au même titre que les REE sont les métaux clefs de l’industrie du XXIe siècle.

Ce projet "future fellow", financé par l’Australian Research Council", s’inscrit dans le thème de recherche “Abondance, comportement et transferts des éléments volatils “ que l’équipe manteau et interface développe depuis quelques années. Il est aussi intimement connecté à l’ANR “DearSir" (P. Cartigny, O. Alard, C. Chauvel, E. Thomasot) et aux travaux réalisés à l’ESRF en collaboration avec F. Parat et M. Muñoz.

Ces recherches sont adossées (i) aux développements de techniques analytiques impliquant le couplage de deux Multicollecteurs (MC-)ICP-MS a un même système d’ablation laser et (ii) à l’établissement d’une nouvelle méthodologie permettant l’intégration de données isotopiques stables (sonde ionique SIMS-1280) et radiogénique (MC-ICP-MS) à l’échelle micrométrique.