Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Focus

La coupe de référence Dévonien-Carbonifère restera-t-elle dans la Montagne Noire ?

La définition du temps en géologie passe par la détermination de repères physiques qui servent de standard universel pour l’échelle stratigraphique. Ces repères se trouvent dans des coupes de référence appelées stratotypes. Afin d’être agréée par la Commission Stratigraphique Internationale de l’IUGS, la coupe choisie doit être continue, facilement accessible, montrer une limite marquée et être représentative sur les plans paléontologique, sédimentologique, radiométrique et géophysique. Dans la Montagne Noire, trois célèbres stratotypes ont été définis pour le Dévonien supérieur : le col du Puech de la Suque pour la limite Givétien-Frasnien, la carrière de Coumiac pour la limite Frasnien-Famennien et la tranchée de la Serre pour la limite Famennien-Tournaisien (Dévonien-Carbonifère). Ces sites sont régulièrement visités par les géologues du monde entier. Ils constituent également un magnifique terrain d’apprentissage pour les étudiants de nos filières. De plus, ils représentent un intérêt majeur dans le patrimoine géologique de notre région.

Les avancées récentes des connaissances dans le domaine de la paléontologie, notamment en ce qui concerne les éléments conodontes et les céphalopodes ammonoïdés qui constituent les meilleurs marqueurs stratigraphiques à cette époque, ont amené la sous-commission sur la limite Dévonien-Carbonifère à mettre en doute la représentativité et l’intérêt du stratotype de la Serre en Montagne Noire. En conséquence, un processus visant à définir un nouveau stratotype pour la limite Dévonien-Carbonifère a été mis en place en 2009, avec, pour conséquence, la recherche d’une coupe fossilifère qui montrerait clairement les shales noirs de l’événement anoxique Hangenberg du Dévonien terminal. En Europe et en Asie, différents groupes de scientifiques sont partis à la recherche de la nouvelle coupe de référence.
Le stratotype de La Serre : la limite D/C est placée à la base du banc 89

Géosciences Montpellier est associé à cette aventure grâce à l’expertise de J-J. Cornée dans le domaine des sédiments carbonatés. Il participe, avec une équipe de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier, à l’argumentation pour le maintien du stratotype de la Serre. Par ailleurs, il propose, avec la même équipe, d’étudier la coupe du Puech de la Suque en Montagne Noire comme nouveau stratotype potentiel pour la limite D/C. Cette dernière se révèle en effet être une excellente candidate car elle est riche en conodontes, renferme les shales noirs du Hangenberg et il est possible d’y étudier en détail les changements environnementaux au passage Dévonien-Carbonifère.
Shales noirs de l’événement Hangenberg dans la série inverse du Puech de La Suque avec le Famennien supérieur (dessus) et le Tournaisien (dessous)

Le Working Group de la limite D/C, affilié aux deux sous-commissions internationales du Dévonien et du Carbonifère se réunira à Montpellier, du 20 au 22 septembre 2016, pour débattre autour des propositions des différents groupes internationaux lors du workshop international : "A new look on the Devonian-Carboniferous Boundary", organisé par R. Feist et C. Girard de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier en collaboration avec M. Aretz de Toulouse et C. Corradini de Cagliari.

Il va sans dire que la conservation des stratotypes dans notre région est un enjeu important pour la valorisation de notre riche patrimoine géologique. À suivre donc en septembre…