Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Coin des doctorants

Les doctorants sur le terrain cet été

Maxime C. nous amène en Italie du Nord, à Valmalenco où il a passé sept jours cet été pour un stage de terrain. C’est dans un endroit perdu, isolé de tout, qu’il a pu trouver des serpentinites et des felses dont il a récolté 69 échantillons. Échantillons qui en verront de toutes les couleurs : analyse à la microsonde optique, analyse de diffraction d’électrons rétrodiffusés (EBSD), microsonde électronique, spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (FTIR). Il se souviendra de ce stage comme étant "génialissime" d’un point de vue scientifique et quand même un peu difficile physiquement (et oui, les serpentines c’est lourd !).


Certains passent les vacances d’été chez eux, à la plage ou à la montagne mais ce n’est rien face à Robin qui est parti une fois de plus en Mongolie. Comment ne pas être jaloux !? Il a passé sept semaines dans l’Altay et le Gobi-Altay pour continuer ses recherches de 2014 et 2015 avec environ 10 000 km effectués en 4x4 et une centaine de kilos de moutons absorbés le long des steppes de la Vallée des Lacs. Niveau scientifique, il a pu caractériser des failles jusqu’alors jamais étudiées, ouvrir deux belles tranchées à la pelle mécanique qui pourraient permettre de dater les derniers évènements de cette région.
Mais ce n’est pas tout ! Robin a également gagné le prix du "Best Student poster Award" à Pékin où il y est resté une semaine pour le congrès de l’AOGS (Asia Oseania Geosciences Union). Félicitations Monsieur !


Du 2 août au 2 septembre 2016, Oswald M. et moi-même sommes partis à l’Est du Canada dans la vallée du Saint-Laurent pour effectuer une mission GPS en collaboration avec le NRCan (Natural Resources Canada). Cette mission s’inscrit dans le projet d’une meilleure compréhension de la sismicité intra-plaque.
Même si le planning a du être modifié à la dernière minute, cette campagne s’est très bien déroulée. On peut maintenant se vanter de bien connaître le secteur de Trois-Rivières (et ses fast-foods) puisque l’on a parcouru environ 10 000 km en trois semaines.
On a également pu faire, entre deux installations, la magnifique croisière du Saint-Laurent où l’on a vu des phoques, des bélougas et des rorquals. Cette année un narval était même présent dans les eaux du fleuve !
On tient à remercier Stéphane M. qui nous a fait confiance en nous envoyant dans un lieu que l’on ne connaissait pas, installer des stations avec du matériel que l’on ne connaissait pas non plus, où l’on a du se faire comprendre en anglais (ça encore, ça allait) et surtout où l’on devait comprendre le québécois et c’était de loin le plus difficile :-).
L’aventure, on a adoré !

Alizia Tarayoun