Supervisory authorities

CNRS

Search




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02
Nom tutelle large
OREME

Home > Documents > Personal webpages > Laurent DEZILEAU

Convention entre le Géoparc du Jbel Bani (Maroc) et l’Université de Montpellier



I – Le Géoparc du Jbel Bani (Maroc)

L’Association marocaine pour le développement du Géoparc de Jbel Bani (AMDGJB) nait officiellement en Avril 2014 à Tata. Cette association est le résultat de la mise en place de partenariats conventionnés au niveau des présidences de l’Université Mohammed V de Rabat, (représentée par son laboratoire de géologie appliquée dirigé par le Professeur El Wartiti Mohammed) et de l’Université Ibn Zohr d’Agadir, avec le chef de projet coordonnateur mandaté, Patrick Simon, gérant de Sud Project Manager/PSPM Sarl.
L’objectif de ce Géoparc est principalement de mettre en valeur des géomorphosites pour un développement éco-sociétal d’une région couvrant l’Anti Atlas.

Pour plus d’informations sur la Géoparc du Jbel Bani:

http://geoparcjbelbani.com/

http://blog.portailsudmaroc.com/2015/02/geoparc-du-jbel-bani-tata-anti-atlas.html

II – Vers une convention entre le Géoparc du Jbel Bani et l’Université de Montpellier

La mise en place de cette convention est en cours. Elle fait suite à ma rencontre avec Patrick Simon, Chef du projet du Géoparc en Aout 2016 à Tata puis d’une réunion informelle à Montpellier en Septembre 2016 avec différents chercheurs de Géosciences Montpellier, Hydrosciences Montpellier et de l’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier (Laurent Dezileau, Odilie Bruneel, Rachid Cheddadi, Issam khaffou et Gil Mahé).

L’Association marocaine pour le développement du Géoparc du Jbel Bani attache une importance particulière aux Sciences de la Terre, de l’Eau et de la Vie pour mettre en valeur des géomorphosites dans la région de l’Anti Atlas. Du côté des laboratoires de l’Université de Montpellier, cette région représente un fort potentiel pour différents travaux de recherche dans le domaine des Sciences de la Terre, de l’Eau et de l’Environnement mais aussi pour la formation d’étudiants et de doctorants sur différentes problématiques scientifiques liés à l’aire géographique du Géoparc. Ce rapprochement est donc en cours et devrait permettre d’aboutir rapidement à la signature des conventions entre les partenaires.