Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Et aussi...

Tout l’arc himalayen peut produire de grands tremblements de terre

Tout l'arc himalayen peut produire de grands tremblements de terre

Aucun tremblement de terre majeur n’étant connu dans la région du Bhoutan, cette zone a longtemps été considérée comme un des rares segments asismiques de l’Himalaya. Une explication généralement proposée pour ce comportement atypique était qu’une part de la convergence Inde-Asie soit accommodée plus au sud, au niveau du plateau du Shillong.
Dans une récente étude publiée dans le journal Geophysical Research Letters une équipe internationale regroupant des scientifiques de Lausanne, de Montpellier et du Bhoutan remet en cause ces interprétations (Hetényi et al., 2016). À partir de documents historiques faisant état d’un tremblement de terre en 1714 et d’études paléo-sismologiques (Berthet et al., 2014 ; Le Roux-Mallouf et al., 2016), ces scientifiques apportent de nouvelles contraintes sur le dernier séisme majeur ayant affecté le Bhoutan. Basés sur l’utilisation de lois d’échelle empiriques pour l’intensité ainsi que sur plusieurs modèles de localisation de la zone épicentrale et de la géométrie de la rupture, les différents scenarii testés indiquent qu’un séisme majeur a eu lieu au centre du Bhoutan en 1714. Sa magnitude est estimée entre 7.5 et 8.5.
Ce résultat indique que les interprétations précédentes étaient sans doute associées à un manque d’observations et que l’ensemble de l’arc himalayen est malheureusement caractérisé par un fort potentiel sismogène.


Hetényi, G., R. Le Roux-Mallouf, T. Berthet, R. Cattin, C. Cauzzi, K. Phuntsho, and R. Grolimund (2016), Joint approach combining damage and paleoseismology observations constrains the 1714 A.D. Bhutan earthquake at magnitude 8 ±0.5,Geophys. Res. Lett., 43, 10,695–10,702, doi : 10.1002/2016GL071033
- Lire en ligne l’article
- les communiqués de presse de l’AGU et celui paru dans Science