Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Coin des doctorants

Du côté des Masters


Du 30 août au 2 septembre 2017 a eu lieu une nouvelle édition des journées du karst, à Alès, dont la particularité cette année consistait en une approche interdisciplinaire centrée autour des interactions karst et bassins sédimentaires.

J’ai eu la chance de m’y rendre pour présenter mes résultats de Master 2 sous la forme d’un poster et d’une très brève communication orale, ainsi que pour discuter de ma problématique de thèse : la quantification de la morphogenèse de la marge cévenole.

Ce workshop, articulé autour de deux journées de présentations classiques, communications orales et posters, s’est poursuivi par deux journées sur le terrain, l’une autour des karsts inscrits dans les dépôts Urgoniens entre Alès et Nîmes et l’autre autour du canyon de l’Ardèche.

Durant ces journées, j’ai été marqué par la grande diversité des profils des personnes présentes : karstologues et sédimentologistes du monde académique ou non, personnels de bureaux d’étude, spéléologues indépendants ou simple passionnés de ces sujets. Cette grande diversité a permis de vrais échanges de savoirs et de points de vues et a montré la nécessité pour les différentes spécialités de réduire les barrières sémantiques quelques fois présentes. Une bonne expérience en somme !

Oswald Malcles



Les M1 DTRN n’ont pas attendu longtemps pour faire du terrain ! Ils sont partis du 5 au 7 septembre effectuer un stage au sud du parc national des Cévennes et plus particulièrement dans les secteurs d’Alès, Anduze et Saint-Etienne-Vallée-Française.

Au programme : comprendre la tectonique de cette zone et discuter des épisodes de déformation. Pour cela, ils ont combinés des mesures de terrain (GPS, pendages, schistosité, foliations, linéations, miroirs de failles, stries etc...) et un travail en salle (traitement des données sur Python, géoréférencement sur qgis, interprétations etc.).