Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02


Accueil > Actualités

Soutenance : Robin KURTZ

Soutenance : Robin KURTZ

Vendredi 24 novembre à 14h en sc23.01, campus Triolet, Université de Montpellier.
Robin KURTZ soutiendra publiquement ses travaux de thèse : Distribution spatio-temporelle de la déformation sismique dans le massif du Gobi-Altaï (Mongolie). Approche morphotectonique et paléosismologique.

La Mongolie occidentale a présenté une activité sismique exceptionnelle au cours du XXème siècle. Cette thèse apporte un état des lieux de l’activité sismique dans le Gobi-Altaï, au travers d’une cartographie détaillée des escarpements de failles actives au cours du pléistocène supérieur, associée à une analyse de la segmentation de ces failles au regard de critères géométriques et cinématiques. Parallèlement, des investigations morphotectoniques et paléosismologiques, couplées à des méthodes de datations au 10Be in situ, OSL et 14C, ont permis de quantifier les vitesses de glissement depuis le Pléistocène supérieur, et les âges des paléo-ruptures au cours de l’Holocène sur les principaux décrochements analysés. De plus, des mesures systématiques des décalages cosismiques horizontaux enregistrés par la morphologie, notamment le long de la rupture de surface du séisme du Gobi-Altaï (1957, sur la faille de Bogd orientale), couplés au développement d’une approche statistique de détermination des glissements cosismiques moyens au regard de la segmentation, a permis de déterminer la fonction de distribution du glissement le long de la faille de Bogd orientale sur 3 cycles sismiques.
Les paramètres morphotectoniques et les âges des paléoséismes documentés dans cette thèse présentent une grande cohérence avec les données précédemment acquises sur la faille de Bogd orientale, avec des vitesses de faille lentes ( 1 mm.an-1), des périodes de retour longues ( 4 ka) et des décalages cosismiques de 1,5 à 4,0 m pour les derniers évènements. Nos mesures de vitesses de faille indiquent par ailleurs une distribution de la déformation sur les grands décrochements (>100 km de long). Les déterminations des âges de paléoséismes indiquent une possibilité de cluster entre les différentes failles étudiées. Les paramètres présentés dans cette thèse permettent finalement de calculer des paléomagnitudes associées aux deniers évènements, comprises entre Mw7,6 et Mw8,0 selon les paramètres et les lois considérés. Ces données fondamentales pourront servir de canevas de base pour les actuelles études d’aléas sismiques en Mongolie.


Composition du Jury :
- Jean-François Ritz DR, Université de Montpellier, Directeur de thèse
- Yann Klinger DR, Institut de Physique du Globe de Paris, Co-directeur de thèse
- Lucilla Benedetti DR, CEREGE, Examinatrice
- Jérôme Van der Woerd DR, École et Observatoire des sciences de la Terre, Rapporteur
- Riccardo Vassallo MdC, Institut des Sciences de la Terre, Rapporteur
- Richard Walker Pr, Université d’Oxford, Examinateur
- Matthieu Ferry MdC, Université de Montpellier, Co-encadrant