Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Coin des doctorants

Les nouvelles têtes

Qui dit nouvelle année, dit nouveaux doctorants. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Que font-ils ? Vous saurez tout après avoir lu cet article qui les regroupe presque tous, ceux qui sont passés entre les mailles du filet se feront attraper plus tard. Les noms rangés par ordre alphabétique, les voilà :


Medhi Bouayad, ingénieur géophyscicien diplômé de l’EOST de Strasbourg vient de débuter une thèse sur la "Modélisation des faciès sédimentaires à partir de la sismique broadband" en partenariat avec Total. Ses co-directeurs sont Michel Lopez (GM) et Frederik Pivot (Total). Bienvenue Mehdi !


Rémi Caillibotte, un diplôme d’ingénieur en mécanique et génie maritime de l’École Centrale Marseille en poche, commence sa thèse sous la direction de Yann Lerèdde. Intitulée "Impact des tempêtes et des crues sur les écosystèmes marins côtiers : approche couplée hydrodynamique – biogéochimique", cette thèse basée sur le couplage de deux modèles numériques, ’Symphonie’ pour l’hydrodynamique et ’ECO3M’ pour l’aspect biogéochimique. Avec la zone de Thau comme région d’application, son travail servira à mieux appréhender l’évolution temporelle du zoo et phytoplancton, des bactéries, des nutriments et de certaines espèces après un forçage de type tempête ou crue, et ce d’autant plus dans un contexte d’augmentation de la fréquence et de l’intensité de ce type d’événement comme c’est le cas actuellement. Rémi a une blague pour vous : "Sur la plage d’une île perdue au milieu de l’océan, un naufragé agite les bras en direction d’un paquebot. – Commandant, qui est donc cet homme qui agite ces bras là-bas ? – Aucune idée, m’dame, chaque année on passe devant son île et à chaque fois il nous salue...". Salut à toi Rémi, puisses-tu ne jamais faire naufrage, bienvenue !


Anne-Karin Cooke, que vous connaissez peut-être déjà sous le surnom d’Anneka, vient d’Allemagne après être passée successivement par Potsdam, Wageningen et Sydney. Cette hydrologue polyvalente désirait plonger dans la géophysique. C’est dans ce but qu’elle a commencé sa thèse "Monitoring water storage changes with a new portable absolute quantum gravimeter" sous la direction de Cédric Champollion. Anneka va comparer les données obtenues à partir d’un nouveau gravimètre atomique absolu à la fois en laboratoire et sur le terrain par rapport à celles obtenues via d’autres méthodes (hydro-)géophysiques. Cette comparaison permettra de valider les données produites, données qui permettront à leur tour d’étudier le stockage en eau des environnements karstiques comme le Larzac ou Fontaine de Vaucluse qu’Anneka sondera au cours des prochaines années. Bienvenue !


Agathe Faucher, lassée par l’absence de relief de son fief du Loiret, a quitté Orléans et s’est prise d’attachement pour la Grèce. Sous la direction de Frédéric Gueydan, Agathe débute une thèse intitulée "Frontière de plaque diffuse : transition en Grèce continentale entre la faille décrochante Nord-Anatolienne et la zone de subduction hellénique". Approche par le terrain" qui permettra de mieux appréhender la déformation profonde de la plaque plongeante au niveau de la Grèce continentale à partir de son expression en surface. Pour cette tâche, elle se basera sur une solide compilation de données de terrain récoltées par ses soins comprenant mesures de tectonique structurale mais aussi sur des données de géochronologie basse température. On la plaint déjà pour toutes ces semaines de terrain dans la péninsule grecque. Bienvenue Agathe !


Clément Garrocq bénéficie d’un soutien de l’ANR GAARANTI pilotée par Philippe Münch, pour réaliser une étude structurale du domaine caraïbe couvrant la Ride d’Aves et le Bassin de Grenade, à partir notamment des données sismiques issues de la campagne GARANTI. La direction de cette thèse est assurée par Serge Lallemand et Boris Marcaillou (Géoazur, Nice) en collaboration avec plusieurs participants de la campagne dont Jean-Frédéric Lebrun, Philippe Münch et Aurélien Gay. Après avoir réalisé un master à Brest, Clément a démarré sa thèse le 1er octobre. Inscrit à l’université de Montpellier, sa première année sera consacrée au traitement d’une douzaine de lignes sismiques multitraces à Géoazur. Il poursuivra ensuite ses travaux à Montpellier pour les 2 dernières années. La thèse s’intitule "Apport de l’imagerie sismique à la compréhension de la dynamique arrière-arc des Petites Antilles au Cénozoïque". Bienvenue Clément !


Maxime Henriquet, originaire des Matelles, village de la célèbre dalle éponyme, a débuté en septembre sa thèse sous la direction de Stéphane Dominguez. Il s’intéresse à la tectonique de la Sicile et en particulier aux relations entre les différents réseaux de failles régionaux aussi bien en domaine marin que continental. Pour cela il utilisera, entre autre, la modélisation analogique pour tester des hypothèses simples sur la déformation tectonique à différentes échelles, allant de l’instabilité du flanc Est de l’Etna jusqu’à la transtension du Nord-Est de la Sicile associée au roll-back de la plaque ionienne. Maxime tient à citer une devise Shadock : "Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir... En d’autre termes, plus ça rate et plus on a de chances que ça marche.". Souhaitons-lui donc de beaucoup rater afin qu’il puisse passer la meilleure thèse possible. Bienvenue Maxime !


Shiran Liu, doctorant de l’université de Pékin, vient d’arriver pour un séjour de 14 mois dans l’équipe Manteau & Interfaces. Il travaille sur l’évolution temporelle et spatiale de la déformation dans le système de détachements Sud-tibétain depuis trois ans. Son projet de recherche en collaboration avec Andrea Tommasi porte sur les xénolites de péridotites échantillonnant la marge Atlantique au NE du Brésil. Bienvenue Shiran !


Oswald Malcles, supervisé par Jean-François Ritz a débuté depuis octobre sa thèse intitulée "Analyse des mouvements verticaux récents associés aux reliefs cévenols : implications en termes de dynamique des déformations en domaine intraplaque". Les processus qui affectent la marge cévenole et leurs vitesses restent mal connus. En combien de temps se sont formés les paysages des Cévennes et du Massif Central ? Quelle est l’origine de la différence de comportement géodynamique suggérée par la différence de sismicité entre le massif central et les régions voisines comme le cisaillement Sud-armoricain ou les Alpes ? Pour répondre à ces questions, Oswald, qui est féru de spéléologie ira non seulement sur, mais surtout sous le terrain pour explorer le réseau karstique de ses régions d’études. De retour à la surface il passera aussi par de la modélisation numérique. Bienvenue Oswald !


Sylvain Mayolle commence sa thèse "Étude structurale et modélisation des zones d’endommagement des failles dans les roches carbonatées, implications pour les circulations de fluides" co-dirigée par Roger Soliva et Stéphane Dominguez. Les failles sont généralement des hétérogénéités de perméabilité qui vont affecter la circulation des fluides de la croûte terrestre. Cette thèse vise à déterminer les lois d’échelle et les mécanismes responsables de la structuration des zones d’endommagement afin de comprendre leur rôle sur le stockage et la conductivité des fluides autour des failles. Bienvenue Sylvain !


Gaétan Milési, en co-direction avec Roger Soliva et Patrick Monié, démarre une thèse financée par la région Occitanie et TLS Geothermics (projet THERMOFAULT). L’objectif de cette thèse est de décrire la dynamique des circulations de fluides et de calories au sein, autour et au loin de la faille majeure de la Têt (Est-Pyrénées), au niveau du plan topographique actuel et ce, par une approche pluridisciplinaire. L’intitulé de la thèse est "Analyse pétro-structurale et thermochronologique d’un système géohydrothermal associé à une faille normale : l’exemple de la Faille de la Têt" Bienvenue Gaétan !


Timothée Sassolas-Serrrayet a débuté sa thèse intitulée "Dynamique hors équilibre des chaînes de montagnes, application à la région de l’Himalaya", en co-direction avec Rodolphe Cattin et Matthieu Ferry . L’état d’équilibre entre les processus tectoniques et d’érosions qui modèlent les chaînes de montagnes est complexe et il n’existe pas de méthode générale qui permet de le faire. Cette thèse servira à apporter de nouveaux outils pour caractériser cet état à partir d’une approche multidisciplinaire, intégrant à la fois la morphométrie, l’étude de terrain et la modélisation. Bienvenue Timothée !


Envie d’en savoir plus ? De discuter avec eux ? Voilà leur adresse mail respective et le bureau où vous pouvez les trouver actuellement :

- Mehdi Bouayad : mehdi.bouayad@gm.univ-montp2.fr - Bureau 301
- Rémi Caillibote : remi.caillibotte@gm.univ-montp2.fr - Bureau 310
- Anne-Karin Cooke : cooke@gm.univ-montp2.fr - Bureau 468
- Agathe Faucher : agathe.faucher@umontpellier.fr - Bureau 458
- Clément Garrocq : clement.garrocq@gm.univ-montp2.fr - Geoazur, Nice
- Maxime Henriquet : maxime.henriquet@gm.univ-montp2.fr - Bureau 465
- Shiran Liu : shiran.liu@gm.univ-montp2.fr - Bureau 413
- Oswald Malcles : oswald.malcles@umontpellier.fr - Bureau de Philippe Vernant
- Sylvain Mayolle : mayolle@gm.univ-montp2.fr - Bureau 464
- Gaétan Milési : gaetan.milesi@umontpellier.fr - Bureau 465
- Timothée Sassolas : timothee.sassolas-serrayet@umontpellier.fr - Bureau 441