Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Edito

Le mot du directeur

L’année 2018 sera une année de transition pour Géosciences Montpellier. Nous avons démarré le 12 janvier dernier une série de discussions et de réflexions prospectives, pour préparer ensemble le prochain document quinquennal qui devra être rédigé début 2019, définissant ce que sera notre laboratoire dans les années à venir. La prochaine étape consistera en deux jours de séminaire en extérieur, à Sète début mai. Cet exercice prospectif est bien sûr l’occasion de faire le bilan de notre activité, mais aussi de repenser l’organisation du laboratoire et de redéfinir notre identité scientifique qui doit naturellement s’appuyer sur nos forces mais aussi évoluer avec les dynamiques nouvelles impulsées par les jeunes ou les moins jeunes. Gageons que les discussions en cours et à venir seront riches et productives, qu’elles offriront à tous les membres de Géosciences Montpellier les bases nécessaires pour continuer à faire de la très belle science et qu’elles contribueront ainsi à renforcer la place du laboratoire dans le paysage académique, à Montpellier, en France et dans le monde.

Dans ce numéro vous pourrez par exemple découvrir le monde microscopique des défauts cristallins, dont l’étude est permise par la microscopie à très haute résolution, objet d’un projet entre GM et le département des matériaux nanostructurés de l’Institut Jožef Stefan en Slovénie. Le portrait est cette fois-ci consacré à Cécilia Cadio, jeune Maître de Conférence recrutée à GM en 2016. L’activité scientifique de Cécilia et de Matthieu Plasman, dont le projet post-doctoral est résumé dans ces pages, sont d’excellents exemples des travaux réalisés à GM sur la base des données fournies par les missions de télédétection spatiale et grâce aux financements fournis par le CNES.

Je terminerai en félicitant Diane Arcay et Fabrice Barou, qui ont obtenus des financements de MUSE pour leurs projets, ainsi que tous les porteurs des onze projets financés par l’INSU cette année. Enfin, je me fais l’écho de l’ensemble du laboratoire pour féliciter chaleureusement Thierry Poidras, José Atienza et JosianeTack, qui viennent d’obtenir leur promotion dans le grade des Ingénieurs de recherche Hors Classe du CNRS.

Bonne lecture,

Benoit Ildefonse