Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Actualités

ITN ABYSS : la fin d’une belle histoire océanique

En mars 2014 à Montpellier débutait l’aventure ABYSS, réseau européen de formation de jeunes chercheurs financé par l’une des "Actions Marie Sklodowska-Curie" (FP7) et coordonné par Marguerite Godard, directrice de recherche CNRS à Géosciences Montpellier. Douze étudiants en thèse et trois chercheurs en contrat post-doctoral se lançaient dans l’étude des systèmes magmatiques et hydrothermaux contrôlant la structure et la composition de la lithosphère océanique, depuis les dorsales jusqu’aux zones de subduction, leur impacts sur les géo-ressources et leur rôle dans le développement de la Vie.

Le réseau a rassemblé des chercheurs confirmés de six pays européens (France, Allemagne, Italie, Espagne, Royaume-Uni, Norvège) provenant de dix universités différentes (Montpellier, Paris, Gènes, Milan, Grenade, Hanovre, Brême, Southampton, Oslo et Trondheim) ainsi que cinq partenaires du secteur privé tels que Petroceramics SpA, Statoil, Nordic Mining AsA, Merience Stategic Thinking et Voxaya, la start-up abritée par Géosciences Montpellier qui a rejoint le consortium en 2016.

Les jeunes chercheurs d’ABYSS ont bénéficié de formations sur des sujets scientifiques et techniques en lien avec leur recherche et de workshops scientifiques internes favorisant les échanges entre les chercheurs du réseau et des invités de prestige. Ce fut l’occasion, lors de ces workshops, d’organiser des études de terrain centrées sur le manteau terrestre et la croûte océanique avec des excursions dans les ophiolites de Ligurie (cf. photo ci-dessous : Sestri Levante), à Roros en Norvège ou encore à Chypre. Ils ont créé un blog sur lequel, tous ensemble, ils ont raconté au jour le jour leurs aventures en recherche. Les chercheurs du réseau ABYSS ont pu aussi visiter trois des instituts de recherche européens les plus connus pour le développement de véhicules d’exploration géologique et biologique des grands fonds sous-marins. En 2014, ils se sont rendus au Centre de Recherche de l’IFREMER à la Seyne/Mer, en 2015 au MARUM Research Centre à Brème, qui abrite l’une des trois carothèques IODP et, en 2017, au NOCS à Southampton.

Le financement européen du réseau s’est achevé en février 2018 et le succès est au rendez-vous comme souvent quand on donne des moyens conséquents pour faire de la recherche de haut niveau. Huit des douze étudiants en thèse sont aujourd’hui docteurs, les autres sont en pleine rédaction de leur mémoire pour la dernière ligne droite. 39 articles de rang A sont actuellement publiés ou en révision et un volume spécial ABYSS est en préparation pour le journal Lithos.
Les jeunes chercheurs du réseau ABYSS ont aussi été très actifs dans les congrès scientifiques nationaux et internationaux : en quatre ans, ils ont présenté plus de 100 communications, sur leur propre projet de recherche ou en collaboration, dont certaines dans les deux sessions spéciales organisées sur les thématiques du projet à l’EGU et l’AGU en 2017.

À Géosciences Montpellier, Dr. Carlotta Ferrando savoure la publication de son premier article (voir rubrique "Sous-presse") et est passée à l’étape suivante avec un stage post-doctoral au Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques à Nancy. Sofia Escario peaufine les derniers résultats avant le grand oral. Suite à son post-doc, Pavel Smal a rejoint l’industrie et travaille à présent pour ASML, l’un des leaders mondiaux de la fabrication de machines pour l’industrie des semi-conducteurs... Les géosciences mènent à tout !