Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Actualités

Nouveau groupement de recherche autour de la recristallisation

La formation de nouveaux cristaux (ou grains) par fragmentation ductile, c’est-à-dire sans perte de continuité, à partir des cristaux composant une roche, un alliage métallique ou un glacier constitue le processus de recristallisation. C’est aussi le thème principal du Groupement de Recherches pluridisciplinaires "Recristallisation et Croissance Cristalline" dans lequel Géosciences Montpellier joue un rôle moteur depuis 2010.

Ce GDR regroupe plus de 14 équipes de recherche CNRS et CEA et 5 partenaires industriels. Il est coordonné par Maurine Montagnat (IGE Grenoble), Andréa Tommasi (GM), Romain Quey (École de Mines de St. Etienne) et Nathalie Bozzolo (MinesParistech). Son caractère plurisdisciplinaire permet de réunir des chercheurs et industriels travaillant sur la recristallisation dans les métaux, roches, glace et céramiques et s’impose comme une évidence, vu qu’indépendamment du matériel, les mécanismes physiques mis en jeu lors de la recristallisation sont les mêmes : nucléation et croissance des cristaux.

La recristallisation est un processus qui modifie drastiquement les textures et microstructures des minéraux déformés dans le manteau terrestre, de la glace lors de l’écoulement des glaciers et des métaux dans les conditions de mise en forme ou d’utilisation. Cette recristallisation peut être "subie" ou contrôlée comme un outil pour faire évoluer les propriétés des matériaux. Les acteurs du domaine se retrouvent dans des communautés variées qui disposent de moyens très différents selon la finalité de leurs travaux sur le sujet tels que la modélisation de l’écoulement des calottes polaires, les mises en place de procédés industriels... Les outils de modélisation et de caractérisation s’avèrent similaires dans les différents domaines concernés.

Le GDR "REX", initié en 2017 pour quatre ans, fait suite à celui démarré en 2010 intitulé "Recristallisation". Il constitue un lieu d’échange et de rencontre pour les scientifiques, académiques et industriels, dans lequel ils peuvent interagir sur leurs problématiques et profiter des compétences de chacun. Sa mission est de structurer la communauté française travaillant sur les différents aspects de la recristallisation, mettant en place un vivier de collaborations entre théoriciens, modélisateurs et expérimentateurs d’origines universitaire et industrielle. Il se pose à l’interface entre aspects fondamentaux et appliqués et fait connaître auprès du milieu industriel les résultats les plus récents dans le domaine de la recristallisation, favorisant l’émergence de projets fédérateurs. La réunion annuelle 2018 s’est tenue les 7 et 8 juin derniers à L’École de Mines de Saint Étienne.

Le GDR porte également des actions de formation comme L’École thématique Recristallisation qui se tiendra du 24 au 28 septembre à la Villa Clythia, à Fréjus. Les inscriptions sont ouvertes !