Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Vie du labo

Arrivées/départ

Arrivées
-  Maxime Bernaudin, ancien doctorant de GM, a été recruté début mai sur un contrat post-doctoral d’un an sur le projet SIGMA. Il travaille en collaboration avec Stéphane Mazzotti sur le développement de modèles numériques mécaniques type éléments finis pour l’étude de la déformation actuelle en France et Europe de l’Ouest.

-  Marie Deguillon est arrivée début juin pour un an sur un poste de project manager à mi-temps dans le cadre du projet CREEP portée par Andrea Tommasi.



-  Stefania Corvò (Istituto di Geoscienze e Georisorse, CNR, Italie) est arrivée à GM début juin pour un stage de deux mois dans le cadre d’un projet de collaboration entre l’Université de Pavia et l’équipe Manteau et Interfaces. Elle vient d’obtenir le prix national "Giuseppe Schiavinato" pour le meilleur travail de Master en pétrologie (travail encadré en 2017 par José-Alberto Padron Navarta - stage Eramus+).

Départ
La nomination de Laurent Dezileau sur un poste de Professeur à Caen est maintenant officielle. Il quitte Montpellier après quinze années passées parmi nous. Il nous adresse un petit message d’au-revoir. Tous nos vœux l’accompagnent dans cette nouvelle aventure.
"D’après mes études paléoclimatologiques sur la reconstitution des crues et tempêtes extrêmes, nous rentrons dans un cycle où la région Occitanie va être terriblement touchée. Au contraire, un petit village gaulois dans le nord de la France, à Caen précisément, va être totalement épargné. Vous êtes prévenus, préparez-vous à l’exode ! Trêve de plaisanterie. J’ai passé quinze ans à Géosciences Montpellier et j’ai particulièrement apprécié ce laboratoire qui m’a permis de développer mes thématiques (tout a commencé avec un projet "jeune chercheur" financé par le laboratoire en 2004). L’enseignement à Montpellier a aussi été une découverte pour moi, je n’avais jamais enseigné avant mon arrivée au DESTEEM. J’ai vraiment apprécié cette double casquette d’enseignant et de chercheur, le contact avec les étudiants et surtout le terrain qui a toujours été une spécificité à Montpellier, oui il existe bien une "école montpelliéraine", et j’y ai appris beaucoup. Un grand merci donc à tous les personnels administratifs et techniques, chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants pour ces bons moments passés ensemble. Si vous souhaitez un peu de soleil à l’ombre d’un palmier avec un verre de calva en main, n’hésitez pas à venir nous voir au Laboratoire Morphodynamique Continentale et Côtière à Caen."