Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Vie du labo

C’est cro-mignon !

L’équipe "Dynamique de la lithosphère" en Ardèche :
"Ours, mammouths et rhinocéros laineux ne parcourent plus les terres d’Ardèche depuis bien longtemps. Le lundi 28 mai dernier, l’excursion de l’équipe Dynamique de la Lithosphère nous a pourtant renvoyé plus de 30 000 ans en arrière avec la visite de la Grotte Chauvet, la grotte ornée la plus ancienne au monde et certainement l’une des plus spectaculaires avec ses nombreux dessins et peintures. Que l’Homme de cette époque ait connu les volcans en activité n’est pas totalement certain mais ceux-ci sont pourtant bien présents dans cette magnifique région et notre périple nous a tout naturellement conduits autour de Jaujac, point d’orgue (basaltique) de cette première journée. Là, dans la vallée du Lignon nous avons pu observer l’une des plus belles coulées basaltiques d’Europe avec sa succession de colonnes prismatiques datant de 12 000 ans. Sous une pluie parfois battante, les explications fournies avec panache (volcanique) par Patrick et Émilien nous ont permis de mieux appréhender le fonctionnement de l’édifice volcanique. La suite de l’excursion nous a amené sur les rives du superbe lac d’Issarlès, un lac de cratère des plus profonds en France avec ses 140 mètres. Ce lac constitue un exemple typique de phréatomagmatisme qui résulte de la rencontre explosive entre le magma et l’eau de la nappe phréatique. C’est ce que l’on appelle aujourd’hui un maar, un cratère entouré de fragments pulvérisés de socle varisque et de basalte. Aujourd’hui le site a retrouvé son calme. Dans ses eaux cristallines, les poissons deviennent si gros que l’on peut véritablement parler d’un maar à thons. Après un passage au Mont Gerbier de Jonc, notre visite s’est achevée par une ascension avortée au Mont Mezenc en raison d’un brouillard dense et d’une température glaciale. En revenant dans la vallée par le cirque des Boutières, nous avons pu toutefois traverser à Saint-Clément un empilement de onze coulées basaltiques s’étageant sur plus de 400 mètres. La déception de ne pas avoir pu gravir la phonolite du Mezenc n’a cependant pas entaché la bonne humeur du groupe. Le repas de la veille et l’ambiance pyroclastique de la soirée “Limoncello” étaient encore dans toutes les têtes. Nous sommes rentrés avec de très beaux souvenirs et le sentiment d’avoir fait une superbe excursion. Sans oublier le braiement du cerf, comme un écho sur les eaux du lac d’Issarlés…"