Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Public-Presse > Ressources documentaires > Anciens thèmes de recherche > Risques naturels et Environnement > Risques naturels

5-Approche intégrée des risques géologiques

Les risques sismiques et gravitaires sont très souvent liés. En effet, les grands tremblements de terre sont souvent associés à des phénomènes gravitaires qui peuvent mettre en jeu des volumes considérables de roches. Nous avons observé de tels mouvements gravitaires à El Asnam (1980), à Spitak (1988) et en Mongolie sur le site du séisme du Gobi-Altaï de 1957 (M 8.2) où nous avons mis en évidence un glissement de très grande taille associé au fonctionnement de la faille. Ce glissement d’un volume de 50 km3 est le plus important décrit en zone continentale. Il semble en effet que les très grands glissements de terrain soient souvent déclenchés par un mouvement fort d’origine sismique.
Depuis deux ans, en collaboration avec des chercheurs arméniens de l’Institut de Géologie d’Erevan nous étudions de grands glissements de terrain localisés dans le SE de l’Arménie au voisinage de l’une des failles actives les plus importantes de la région .L’un des objectif de notre travail est de cartographier et de dater ces mouvements de terrain (datation des sédiments associés aux lacs temporaires qui se sont formés par barrage de vallée en amont) pour dater de façon indirecte des séismes anciens. Ces glissements qui affectent la quasi totalité des versants de certaines vallées, conditionnent les processus d’érosion et la morphologie générale des vallées.

Pour aller au delà de l’aspect descriptif du phénomène et de la datation il est nécessaire de s’intéresser au mécanismes de déclenchements (érosion en pied de versant, séismes) et aux facteurs favorisants (fracturation, lithologie, régime hydraulique, uplift …). Cette démarche nous a conduit à proposer d’étudier un site expérimental régional avec une approche multidisciplinaire. Des glissements de grande ampleur existent dans le NW du département de l’Hérault, sur la bordure des Grands Causses, au Nord de Lodève. Ces glissements qui sont associés à la présence de Trias évaporitique conditionnent la morphologie et l’évolution quaternaire des grandes vallées (Lergue, Laurounet..). Parmi ces glissements, certains ont été en partie réactivés dans leur partie aval, vraisemblablement par l’activité anthropique, mais la plupart des glissements les plus importants qui ne sont pas datés paraissent inactifs à l’heure actuelle. La présence de ces glissements offre une opportunité pour envisager une étude multi approche (site expérimental) qui devrait permettre de comprendre les mécanismes de fonctionnement de ces glissements et de comprendre le rôle qu’ils jouent dans l’évolution morphologique des vallées de la bordure des grands Causses (reculées). Ce projet fédérateur implique plusieurs équipes de Géosciences Montpellier et le Centre d’Etudes Techniques de l’Equipement Méditerranée.

Intervenants : Taboada A., Philip H., Bayer R., Doerflinger E., Masson F., Peyret M., Lopez M., Pezard P.

Principaux projets :
- Chantier Arménie,
- Site expérimental de la vallée de la Lergue (34, France).