Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Coin des doctorants

C’est quoi ton plan ?

Ils étaient huit à soutenir leurs travaux de thèse cette année, les voilà maintenant lâchés dans le tumulte de la vie de jeune docteur. Qu’ont ils de prévu (au moins pour l’année à venir) ? On leur a posé la question, et voilà les réponses apportées par cinq d’entre eux :

Alizia Tarayoun n’a peur de rien, elle enfile donc la double casquette de post-doctorante et d’ingénieure de recherche au sein de l’ISTerre à Grenoble. Pour la partie post-doc, elle va tenter de percer le secret du déclenchement des séismes éloignés des frontières de plaques en contexte de subduction. Pour cela, elle va s’intéresser au cas de la Mer Égée, en utilisant à la fois les données GPS et la modélisation numérique. Pour la partie ingénieure de recherche, elle traitera des montagnes de données GNSS dans le cadre du programme EPOS. Ce travail permettra notamment de fournir des cartes de champ de vitesses à l’échelle de l’Europe. Pour ses travaux, elle travaillera avec Anne Soquet, Michel Bouchon, Nathalie Cotte et Andréa Walpersdorf.

Anita Saraswati quitte la France. Rassurez-vous elle ne part pas très loin puisqu’elle rejoint à compter du mois de janvier et pour un an au moins, le Grand-Duché de Luxembourg. Elle travaillera avec Tonie Van Dam sur l’inversion de données GNSS pour étudier la déformation du sol liée à la charge-décharge des réserves d’eau douce, en surface ou en profondeur.

Séverine Furst attaque un contrat post-doctoral d’une durée de 9 mois entre Total et Géosciences Montpellier afin d’explorer le potentiel de recherche révélé au cours de sa thèse. Elle a notamment pour objectif de démontrer la faisabilité de la méthode de traitement des données inclinométriques qu’elle a développé. Ce travaille permettra le "design" d’un projet pilote industriel sur le site de la Vaca Muerta (littéralement la Vache Morte) en Argentine. Elle travaillera dans ce cadre avec Jean Chéry, Michel Peyret, Atef Onaisi, Antoine Jacques et Bijan Mohammadi.

Manuel Thieme apprécie la vie d’après thèse et cherche un travail pour de prochaines aventures. Il se consacre activement à la rédaction de deux papiers en collaboration avec l’Université de Durham, ainsi qu’aux dernières retouches à appliquer sur sa thèse.

Samuel Doucet reprend ses fonctions à plein temps dans l’entreprise Fugro Geoid basée à Castries dans l’Hérault. Au programme, géodésie, géophysique, R&D, jusqu’au rendu final pour le client, en passant par les propositions techniques et commerciales, la relation client, le calcul, la rédaction de rapports, l’expertise. Pour lui, c’est le retour au bureau mais aussi des missions à l’étranger.