Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Contenu Newsletter > Et aussi...

Projet HATARI : dernière mission sismologique en Tanzanie

Dans le cadre du projet HATARI focalisé sur les structures profondes et la sismicité dans la zone du rift est-africain et leurs liens avec l’environnement, Stéphanie Gautier, Sandrine Baudin (photo ci-contre) et Adeline Clutier sont parties du 8 au 20 janvier 2019 pour la dernière mission sismologique en Tanzanie. Elles sont allées rechercher les huit stations du parc SISMOB qui enregistraient, depuis un an, en continu, la sismicité locale et lointaine entre le Kilimanjaro et les plaines du Serengeti. La mission s’est déroulée sans encombre, même si le développement économique intense du pays engendre de nouvelles surprises administratives à chacune des visites…

L’objectif du projet est double : d’une part mieux imager les structures crustales et lithosphériques dans une région où le magmatisme et la tectonique interfèrent pour distribuer la déformation en surface le long des trois branches principales de rift : Eyasi, Manyara et Natron et, d’autre part, compléter le catalogue de sismicité locale pour caractériser l’aléa sismique dans la zone fortement peuplée d’Arusha (400 000 habitants) près du volcan Meru. Le projet devrait également permettre d’accéder à la structure interne du volcan Meru en étudiant les fonctions récepteur aux hautes fréquences et en les comparant aux études pétrophysiques en cours à Géosciences Montpellier dans le cadre de la thèse d’Adeline Clutier.

Installées dans des écoles ou dans des "bomas" (villages Masaï) pour des raisons de sécurité, les stations sismologiques ont enregistré énormément de signaux (15 à 20 Go par station sur un an). Il s’agissait aussi bien de séismes provenant des lointaines îles Sandwich dans l’Atlantique Sud que de magnifiques évènements locaux (cf. figures ci—dessous). Une analyse approfondie du bruit de fond sismique permettra, lors d’une prochaine mission, de montrer aux élèves des écoles tanzaniennes qui ont accueilli les instruments l’effet de leur activité sur le signal.


Le bulletin du laboratoire Géosciences Montpellier n°16 - janvier/février 2019