Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02
Nom tutelle large
OREME

Accueil > Actualités

Le glissement de terrain de Pégairolles sous surveillance

Le glissement de terrain de Pégairolles sous surveillance

Pégairolles-de-l’Escalette, petit village de l’Hérault situé à quelques kilomètres au nord de Lodève, est un des sites permanents étudiés par l’Observatoire des Mouvements et Instabilités de Versants (OMIV), service national d’observation de l’INSU. Il est le siège d’un glissement de terrain de type rotationnel, d’une profondeur de plus de 50 mètres, relativement lent (3 à 4 mm/an) et responsable de la destruction de deux ponts et d’un viaduc. Il constitue un analogue des nombreux glissements présents dans la région qui menacent des infrastructures comme l’A75 ou des habitations.

JPEG - 78.5 ko

Sur la photo de gauche, la zone cultivée correspond aux terrains en mouvement. À droite, les décalages remarqués sur le pont du village sont dus à l’activité du glissement.

Dans la région, en l’absence d’activité sismique, l’instabilité des versants est associée aux évènements pluvieux intenses appelés "épisodes cévenols" (300-500 mm de pluie en quelques jours) affectant la zone d’étude située en contrebas du plateau des Causses du Larzac mais aussi à la présence de couches d’argiles évaporitiques du Trias qui conditionne la morphologie et l’évolution quaternaire des grandes vallées locales telles que les vallées de la Lergue ou du Laurounet. Vu le contexte géologique relativement simple et la présence d’un facteur de déclenchement unique, le glissement de Pégairolles-de-l’Escalette constitue un observatoire naturel particulièrement intéressant pour étudier l’impact des évènements pluvieux sur l’instabilité et la déformation du versant. Il est complémentaire des autres sites alpins instrumentés dans le cadre de l’OMIV.

Dans le cadre de OMIV et de l’ANR HYDROSLIDE (HYDRO-geophysical observations for an advanced understanding of clayey landSLIDES), une équipe animée par Stéphanie Gautier de Géosciences Montpellier 1 observe ce glissement afin de comprendre sa dynamique et plus précisément les relations entre précipitations, circulations d’eau et déformation du versant. Une instrumentation originale et multi-paramètres de monitoring a été déployée avec l’aide et le soutien de l’OSU OREME sur le site de Pégairolles-de-l’Escalette depuis 2012. Une partie de cette instrumentation est installée en forage, ce qui donne un accès direct à la zone de déformation au sein du glissement. Deux observatoires permanents permettent d’effectuer le suivi temporel de la résistivité électrique (deux fois par jour, échelle métrique) et de la déformation (fibre optique, quatre fois par an, échelle métrique) ainsi qu’un monitoring hydro-géochimique mensuel (pression, pH, température, conductivité électrique et prélèvement d’échantillon du fluide poral à quatre profondeurs).
Ce développement méthodologique bénéficie d’un partenariat avec des entreprises innovantes présentes en région Occitanie telles que imaGeau, Kloé, Schlumberger. Cette instrumentation en forage est complétée par des équipements de surface comme une station météorologique, deux sismomètres, un GPS semi-permanent.
Les résultats de monitoring pour la période 2012-2017 récemment publiés dans un article de synthèse (Denchik et al. 2019) 2 démontrent la pertinence des observatoires en forage pour caractériser la zone de déformation ainsi que la dynamique saisonnière (recharge et basses eaux) représentative du cycle hydrogéologique dans le versant. L’interprétation conjointe des résultats hydro-géochimiques et géophysiques a mis en évidence un lien entre des précipitations importantes et une activité au sein du glissement de terrain. Monitoring géophysique en forage 2012-2017 : (a) déformation, (b) variations de la résistivité électrique apparente en corrélation avec les précipitations et pressions des deux unités hydrologiques (c). (Denchik et al., 2019).

Les perspectives de ce projet sont nombreuses. Elles concernent, par exemple, le couplage entre un monitoring en forage et un monitoring en surface le long du glissement. Pour cela, un dispositif électrique permanent a été installé sur 300 mètres le long du glissement de Pégairolles-de-l’Escalette en octobre 2018 en collaboration avec David Ottowitz (Geological Survey Austria). Le système GEOMON 4D permet d’avoir des mesures quotidiennes des variations latérales des résistivités électriques le long du versant. La complémentarité des données acquises en forage et en surface vont permettre de mieux caractériser spatialement la structure de glissement ainsi que les processus déclencheur de l’instabilité en faisant le lien entre ces signatures géophysiques, géochimiques et la déformation au sein du versant.

1 Géosciences Montpellier : Stéphanie Gautier, Philippe Pezard, Michel Lopez, Nataliya Denchik, Muriel Geerart, Sandrine Baudin, Gilles Henry et les stagiaires : N. Giovannangeli en 2014, H. Pillard et M. Dupuy en 2016.
Collaborations : HydroSciences Montpellier, EOST, TU Vienna, Geological Survey Austria, Univ. Besançon, Isterre, Geoazur, Mairie de Pégairolles de l’Escalette, CEREMA et les services d’observation OSU OREME et SNO OMIV
2 Denchik, N., Gautier, S., Dupuy, M., Batiot-Guilhe, C., Lopez, M., Léonardi, V., Geeraert, M., Henry, G., Neyens, D., Coudray, P., Pezard, P.A., 2019. In-situ geophysical and hydro-geochemical monitoring to infer landslide dynamics (Pégairolles-de-l’Escalette landslide, France). Engineering Geology, doi : 10.1016/j.enggeo.2019.04.009


Le bulletin du laboratoire Géosciences Montpellier n°18 - mai/août 2019