Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Actualités

MODIE, Thermofault, Petrolith, HYTREL....et les autres

Ce sont les projets du laboratoire Géosciences Montpellier qui ont obtenu le soutien du CNRS/INSU cette année.

Action ALEAS

- ALEA REA Caractérisation de l’aléa sismo-volcanique dans le Rift nord-tanzanien (Fleurice Parat)
Ce projet s’inscrit dans la continuité du projet interdisciplinaire HATARI dont l’objectif était de caractériser les impacts des processus géodynamiques (séismes, volcans) sur l’écosystème au Nord de la Tanzanie. ALEA REA, quant à lui, est centré sur la zone urbaine d’Arusha avec un volcan dormant (Méru) et une sismicité non répertoriée. Cette région est fortement peuplée, impliquant des thématiques sociétales comme la prévention et la gestion des risques naturels, la gestion durable des ressources naturelles, ou encore les problèmes de santé publique (e.g., fluor).
Les nouvelles données sismologiques en cours d’acquisition suite au déploiement de huit stations sismologiques temporaires seront utilisées pour imager la structure crustale sous l’édifice volcanique du Meru et détecter la présence éventuelle de magmas et de gaz en profondeur. En parallèle, une campagne d’échantillonnage sera couplée à une étude pétrologique, géochimique, volcano-stratigraphique et géomorphologique (détermination des conditions pré-éruptives des magmas et localisation des profondeurs des chambres magmatiques, évaluation des volumes de magma émis et structure des édifices volcaniques cartographie des failles et des différentes coulées) avec pour objectif une caractérisation fine de l’aléa sismo-volcanique dans ces deux zones et une évaluation du risque associé.
Le code OPENQUAKE (GEM Foundation) sera utilisé pour développer un modèle détaillé d’aléa sismique probabiliste (type PSHA) basé sur les données de failles active et de sismicité. Une zonation et une évaluation des aléas et des risques volcaniques seront menées grâce à une collaboration avec l’UMR "Gouvernance Risque Environnement Développement (GRED)" spécialisée dans cette problématique. Les démarches déductives et une approche par les enjeux et les vulnérabilités seront appliquées à la ville d’Arusha qui est exposée à un système à la fois effusif et explosif du Méru. Des scénarios de gestion de crise seront proposés et discutés avec les acteurs locaux.
- DEF-eSICILY Active deformation and geodynamics of Eastern Sicily : Mount Etna and Tindari Fault (Stéphane Dominguez)
Ce projet financé par le programme Tellus-SYSTER en 2018 puis par le programme Tellus-ALEAS en 2019, a pour objectif de comprendre comment l’Est de la Sicile se déforme en réponse à la subduction de la mer ionienne sous la Calabre et à proposer un modèle géodynamique intégrant les données Terre-Mer de sub-surface et la structure lithosphérique profonde. Ces travaux de recherche sont menés dans le cadre de la thèse de Maxime Henriquet (Géosciences Montpellier) et d’une collaboration entre l’université de Montpellier et l’université de Catane en Sicile. Les principaux objectifs consistent à mettre en évidence les couplages entre la déformation de surface et les processus profonds, en particulier le lien entre la migration vers le SE de la subduction calabraise (slab roll-back/slab detachment) et la propagation de la déformation à terre et en mer dans l’Est de la Sicile et contraindre la cinématique récente (< 1 Ma) et actuelle des interactions entre les différents réseaux des failles affectant l’Est de la Sicile.
Infos bonus : depuis 35 millions d’années, la Méditerranée centrale a connu une évolution géodynamique complexe, dominée par la subduction et le retrait du slab thétysien entraînant le détachement et la migration de blocs continentaux de la marge eurasienne (e.g. Carminati et al., 2012 ; Mantovani et al., 2015). L’île de Sicile s’est formée il y a moins de 10 millions d’années en réponse à la subduction/collision oblique d’une partie de l’arc Calabrais contre un promontoire de la marge nord-africaine (Figure 1). La subduction de la mer ionienne vers le NW sous la Calabre et le NW de la Sicile, associée à l’ouverture de la mer tyrrhénienne (e.g. Facenna et al., 2014) se poursuit encore de nos jours comme le démontre l’activité sismique et volcanique particulièrement intense de cette région (séismes de Catane en 1693, M7.5, Calabre en 1783, M7, Messine en 1908, M7.2 et éruptions historiques de l’Etna en 1329, 1381, 1536 et 1669). Actuellement, l’île de Sicile se situe à la jonction de quatre réseaux de failles affectant la croûte supérieure mais aussi la lithosphère sous-jacente ; le rift de la mer tyrrhénienne, le prisme orogénique sicilien, le réseau de failles du détroit de Messine qui se prolonge le long de la partie Nord de l’escarpement de Malte et le système de déformation transpressive en mer ionienne. Ces systèmes de failles sont contrôlés par des processus géodynamiques à grande échelle incluant de l’extension d’arrière arc, du volcanisme de subduction et intra-plaque, de la subduction (e.g. Gutscher et al., 2016, 2017) auxquels s’ajoute la convergence lithosphérique entre les plaques tectoniques Afrique et Eurasie (e.g. Serpelloni et al., 2007).
Illustration : a) Cartes sismo-tectoniques générales de la Méditerranée centrale b) Bloc diagramme illustrant la géométrie 3D lithosphérique c) Carte structurale et localisation des zones d’étude (i.e. Est de la Sicile)
- MODIE Monitoring des déformations inclinométriques sur l’Etna (Jean Chéry)
Le projet Tellus-INSU MODIE est une action collaborative entre Géosciences Montpellier et l’Institut National de Géophysique et de Volcanologie de Catane. L’objectif est d’installer deux inclinomètres dans un forage sur le flanc ouest de l’Etna pour les inter-comparer et évaluer leur capacité à mesurer la déformation du volcan sur le long terme. Un des inclinomètres est un prototype développé à GM dans le cadre du projet MIRZA porté par l’entreprise Aquitaine Électronique, ayant une résolution de l’ordre de 2 nanoradians, soit une déviation angulaire équivalent à 2mm pour 1000 km. L’autre instrument est un inclinomètre commercial fourni par l’INGV

Action CESSUR

- Datation U-Pb in situ sur les carbonates et analyse pétro-structurale des mines de Bou Azzer et d’Imiter (Maroc) (Alain Chauvet et Enora Tourneur)
Les mines de Bou Azzer et d’Imiter dans l’Anti-Atlas marocain sont des gisements de classe mondiale pour lesquels il n’y a pas actuellement de consensus, que ce soit sur leur âge de formation ou leur origine (néo-protérozoïque et associée au magmatisme ou plus jeune et liées à des fluides de bassin ?). Parce que la minéralisation, Co-Ni pour Bou Azzer et Ag-Hg pour Imiter, se met en place au cours d’une histoire polyphasée, l’objectif de ce projet de recherche est de combiner, pour la première fois sur ces deux gisements, une méthode de datation ciblée sur un modèle pétro-structural bien compris et ainsi de mieux contraindre le modèle de mise en place de ces gisements. Chaque stade “carbonate” sélectionné pour la datation U-Pb sera relié à un stade de l’histoire de la minéralisation. Le protocole suivi sera le suivant : analyses cathodoluminescence et MEB pour caractériser les zonations dans les carbonates et laser ICPMS pour cibler les zones les plus riches en uranium et les dater.
Ce projet est réalisé en collaboration avec Marc Poujol (Géosciences Rennes), Kalin Kouzmanov (université de Genève), Johann Tuduri (BRGM Orléans) et Stanislas Sizaret (ISTO). Figure : a) Localisation de l’Anti-Atlas marocain et b) des boutonnières de Bou Azzer et d’Imiter
- Thermofault : thermochronologie (U-Th)/He du système hydrothermal de la faille de la Têt (Roger Soliva et Gaëtan Milési)
Lire la suite

Action SYSTER

- PetroLith Couplage pétrophysique/sismologie pour une meilleure compréhension des processus magmato-tectoniques (Stéphanie Gautier, Adeline Clutier, Fleurice Parat, Christel Tibéri)
Ce projet pluridisciplinaire a pour but de combiner des mesures pétrophysiques avec de l’expérimentation et de la modélisation pour quantifier l’effet de certains paramètres clés dans l’interprétation des anomalies de vitesse et de résistivité électrique. Dans le cadre de la thèse de Adeline Clutier (GM), nous proposons en particulier de quantifier l’effet des gaz et des liquides silicates sur ces deux paramètres physiques pour des assemblages minéralogiques similaires à ceux de la Divergence Nord Tanzanienne. En s’appuyant sur ces données expérimentales et théoriques, les images tomographiques et de magnéto-telluriques pourront alors contribuer à identifier et à décrire la présence de fluides (liquide, gaz) dans cette région.
- HYTREL Hydrogen and trace elements in Mantle minerals (Sylvie Demouchy)
Le projet HYTREL, porté par Sylvie Demouchy est centré sur le cycle de l’eau (sous forme d’hydrogène) dans le manteau profond. Il a pour objectif :
(1) la quantification des concentrations en éléments en trace, y compris l’hydrogène dans les minéraux qui composent le manteau supérieur terrestre, (2) la quantification des coefficients de de diffusion d’hydrogène par expérimentation à haute température.
Les nouvelles données permettront d’affiner les mécanismes complexe de diffusion ioniques de l’hydrogène et en particulier les différences entre les mécanismes d’hydrogénation (déjà connus et quantifiés) et le ou les mécanismes impliqués lors de la déshydrogénation (peu quantifiés, et apparemment plus complexes). Ce projet requiert des analyses FTIR, EPMA, LA-ICP-MS, et des fours HT à atmosphère contrôlée.
Illustration : cristaux d’olivine en préparation pour des analyses FTIR.

Action Colloques

- 2017 IDP/ICDP Workshop on New Caledonia peridotite amphibious drilling project (Marguerite Godard)
Lire la suite


Le bulletin du laboratoire Géosciences Montpellier n°17 - mars/avril 2019