Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Public-Presse > Ressources documentaires > Anciens thèmes de recherche > Risques naturels et Environnement > Séquestration CO2

Volet 1 : "Transfert à champ proche liés à la dissolution acide"

Cette étude a été initiée en 2002 dans le cadre du programme PICOR (2002-2004) soutenu par le programme du Ministère de l’Industrie RTPG/DIREM/CEPM coordonné par l’IFP en partenariat avec d’autres laboratoires universitaires (ICMCB-Bordeaux, LGIT–Grenoble, LMTG–Toulouse), le BRGM, les Ecoles des Mines de St Etienne et de Fontainebleaux, ainsi que des industriels tels que TOTAL et GEOSTOCK.

En 2005, les travaux expérimentaux ont été soutenus par le programme PICOREF visant à focaliser les efforts sur un site de stockage pilote à réaliser sur le territoire français et devrait être poursuivi (demande en cours) dans le cadre de l’ANR "GEOCARBONE".

En ce qui concerne notre équipe, le programme de recherche dans les années à venir porte sur l’acquisition de nouvelles données expérimentales :

1) sur le banc expérimental DIAPOR (basse température) pour explorer le couplage dissolution-porosité-perméabilité-structure et valider les modèles numériques sur des cas de complexité croissante,

2) le banc expérimental ICARE pour acquérir les données thermodynamiques et pétrophysiques en condition de stockage (p ≤ 20MPa, T ≤ 150°C).

Les nouveaux développements méthodologiques porteront principalement sur les méthodes d’imagerie tomographique (acquisition et traitement des données avec l’achat d’un microtomographe RX de type SkyScan, Fig. 1) et sur la modélisation numérique des processus couplés écoulement-transport-réaction à l’échelle mésoscopique (i.e comprise entre l’échelle du pore à celui de l’échantillon de laboratoire).

Ces travaux seront basés principalement sur développement d’un outil de modélisation suivant l’approche SPH (Smooth Particle Hydrodynamics) déjà initié dans le cadre des ACI ‘Risques Naturels’ et ‘Energie-Conception Durable’ (volet Séquestration du CO2).

Dans un premier temps les processus de transfert dans les fractures seront étudiés, puis les géométries de milieu poreux, plus complexes, seront explorées. Ces travaux sont supportés par le CINES. En parallèle, plusieurs outils de caractérisation des milieux poreux (basés par exemple sur la théorie des multifractales ou de la diffusion restreinte) sont en cours de réalisation et seront poursuivis dans le futur.