Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Public-Presse > Ressources documentaires > Anciens thèmes de recherche > Enveloppes superficielles > Traçage Géochimique et Géochronologie des évènements récents

Nouvelles méthodes de datation

  • Datation des roches volcaniques Holocène (226Ra – 230Th)

Pouvoir dater les roches volcaniques émises au cours des derniers millénaires par les volcans actifs est fondamental pour reconstituer leur histoire éruptive récente et, par là même, tenter de prévoir leur évolution future et les risques associés. Peu de méthodes radiochronologiques sont applicables à cette période de temps, en dehors du 14C qui nécessite cependant la présence de charbons de bois sous les coulées volcaniques. Nous avons pu montrer que l’existence, dans les laves de plusieurs volcans actifs, de déséquilibres dans la chaîne de désintégration naturelle de 238U, entre le 230Th et son descendant le 226Ra, offrait la possibilité de dater les roches volcaniques dans une gamme d’âges allant de quelques siècles à 8000 ans (temps nécessaire à la remise à l’équilibre radioactif du couple 230Th – 226Ra). Cette méthode a été validée pour l’Etna (Sicile) et le Mérapi (Indonésie), grâce à une comparaison avec des données archéomagnétiques (Etna) ou de 14C ( Mérapi) (figure 1). Plusieurs importantes coulées de laves (Etna) ou coulées pyroclastiques (Mérapi), émises durant les derniers millénaires, ont ainsi pu être datées par cette nouvelle méthode (Condomines et al., 2005).

Comparaison des âges radium et
des âges archéomagnétiques (Etna) ou 14C (Mérapi).
  • Datation de spéléothéme (226Ra – 210Pb)

Le couple 226Ra-210Pb peut être utilisé pour la datation de carbonates très récents (<150 ans). Pour la première fois, une stalagmite hydrothermale a ainsi été datée par cette méthode.

Les spéléothèmes très récents ont parfois pu être datés grâce à la méthode basée sur l’excès de 210Pb. Dans cette étude, nous avons utilisé une méthode basée sur le couple 226Ra-210Pb, rendue possible par la forte activité de 226Ra et l’absence de 210Pb initial dans une stalagmite hydrothermale de la grotte du Mt Cornadore à St Nectaire (Auvergne, France). Les taux de croissance déterminés varient entre 2 et 7 mm/an. Combinée à l’étude de la structure fine des lamines de croissance, la chronologie 226Ra-210Pb pourrait fournir un enregistrement à haute résolution des variations hydrologiques locales.