Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Public-Presse > Histoire de la géologie à Monpellier

Paysages géologiques montpelliérains au Musée Fabre

Une visite au Musée Fabre permet de retrouver les paysages géologiques typiques de la région de Montpellier, vus par les maîtres du XIXème siècle.



"La rencontre ou Bonjour M. Courbet", Gustave Courbet (1854, 129x149cm, Musée Fabre)

Dès le début du XIXème, le courant réaliste pousse les voyageurs à courir les campagnes, à la recherche de ruines et de scènes bucoliques.
Tels Gustave Courbet, équipé d’un superbe sac-à-dos lors de ses excursions dans les garrigues ou sur le littoral à Palavas, les artistes emmènent chevalet, huiles et pinceaux sur le terrain, pour saisir la lumière et la réalité des paysages. Les collines et les roches de l’arrière-plan ne sont plus imaginées et restituées à l’atelier, mais observées et reproduites – à la manière du naturaliste.


"Le Bord de mer à Palavas" Gustave Courbet (1854, 37x46cm, Musée Fabre)




Dans cette vue de la mer à Palavas, on retrouve bien les couleurs et la lumière de la plage, par beau temps. Mais la symbolique prend le pas sur le réalisme : l’homme seul face à l’immensité de la nature est le personnage central de l’œuvre ; en outre, Courbet a "inventé" des affleurements rocheux sur la plage.



 "Les garrigues du Pic St Loup" , Alexandre Eugène Castelnau (1859, 78x126cm, Musée Fabre)
"Les garrigues du Pic St Loup" , Alexandre Eugène Castelnau (1859, 78x126cm, Musée Fabre)

Avec cette œuvre de A. E. Castelnau, le paysage est devenu la seule source d’inspiration. Le personnage n’est qu’anecdotique, la falaise du pic St Loup – bien qu’au deuxième plan – attire et accroche le regard. Il est le véritable sujet de la composition.

La lumière et ses contrastes, les formes et les textures des roches, la composition structurée en plusieurs plans, révèlent un réel sens de l’observation géologique de la part de l’artiste.

Ce pic Saint Loup aux couleurs fauves – chevauchement pyrénéen du Languedoc - préfigure la série des “Sainte Victoire” – le célèbre chevauchement pyrénéen de Provence - que Cézanne peindra 40 ans plus tard.


Nous ne saurions trop vous conseiller d’aller admirer ces œuvres au Musée Fabre, et d’y chercher les autres paysages connus des géologues qui servent de toile de fond à de nombreuses œuvres.

Voir en ligne : Musée Fabre