Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Public-Presse > La Presse et les médias en parle

Séismes en Iran : une nouvelle clé pour comprendre

Communiqué de presse CNRS Languedoc-Roussillon du 07/07/2006


Faille de Mosha
Une équipe de chercheurs du laboratoire Géosciences Montpellier (CNRS-Université Montpellier 2) vient, en collaboration avec le « Geological Survey of Iran », de mettre en évidence un phénomène jamais observé dans ce pays. Jean-François Ritz et ses collaborateurs ont montré que les failles actives situées au coeur de la chaîne montagneuse de l’Alborz, au pied de laquelle se trouve la métropole de Téhéran (12 millions d’habitants), ont changé de sens de mouvement très récemment.
Il s’agit d’une déformation en extension associée aux failles qui fonctionnaient
auparavant en compression. On sait maintenant que cette extension est présente dans tout l’arc montagneux qui ceinture le bassin océanique sud-caspien. Qu’elle est probablement associée à une rotation dans le sens des aiguilles d’une montre de cette microplaque qui, par ailleurs, plonge sous le Caucase et la ride d’Apsheron au Nord. Et qu’elle date d’environ 1 million d’années, soit « hier » géologiquement parlant ! Ce phénomène n’avait pas été vu, ni caractérisé jusque-là.
Ces observations constituent un exemple inédit d’interaction entre phénomènes extensifs (NO-SE) et compressifs (NE-SO) dans un contexte de convergence (collision Arabie-Eurasie). Elles correspondent parfaitement à l’activité du volcan Damavand, situé dans la même zone et dont l’origine était jusqu’ici énigmatique. Elles apportent en outre un nouveau cadre pour la compréhension de l’aléa sismique dans la région de Téhéran.


Photo : Faille de Mosha recoupant les reliefs de l’Alborz. Les décalages de talwegs indiquent un mouvement décrochant associé à une composante en extension. La faille de Mosha est l’une de des failles de l’Alborz qui a vu sa composante verticale s’inverser au cours du dernier million d’années, passant d’un mouvement inverse à un mouvement normal, autrement dit inversant la topographie initiale.


Contact chercheur : Jean-François RITZ - Tél : 04 67 14 39 07 -