Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Public-Presse > Ressources documentaires > Anciens thèmes de recherche > Manteau, noyau > Structure et dynamique du manteau > Anisotropie sismique : origine et observation

Anisotropie sismique : origine et observation

L’anisotropie de propagation des ondes sismiques est actuellement le seul outil permettant d’ausculter la déformation dans le manteau in situ, car elle est essentiellement due à l’orientation préférentielle des cristaux d’olivine lors de la déformation.

L’utilisation du déphasage des ondes de cisaillement télésismiques permet d’estimer l’anisotropie et donc de cartographier la déformation du manteau sous une station sismologique. Toutefois, cette méthode ne permet pas de localiser en profondeur la zone anisotrope. Plusieurs techniques permettraient de pallier ces limitations :
➢ La technique de la polarisation des ondes P proposée par G. Bokelmann permettra de localiser verticalement l’anisotropie et d’ausculter le manteau autour de la station, car le signal mesuré résulte des structures traversées le long de la dernière période de l’onde.
➢ L’utilisation des fonctions de transfert permettra de localiser simultanément la profondeur des interfaces et l’anisotropie dans le manteau.
➢ L’analyse du déphasage des ondes S directes permettra d’ausculter le fluage du manteau au voisinage des zones de subduction. En effet, si la stratification anisotrope sous une station sismologique est connue, il est possible d’utiliser cette station "étalonnée" pour mesurer le déphasage des ondes S directes. La connaissance des mécanismes de déformation et de l’anisotropie intrinsèque des phases minérales stables dans le manteau et dans la lithosphère océanique sous les conditions de la zone de transition et du manteau inférieur permettra d’interpréter ces données en termes de déformation mantellique. Ces déformations seront alors comparées à celles qui sont observées dans les modélisations numériques et analogiques des systèmes en subduction.
➢ L’étude de la migration des signaux de la coda sismique permettra de localiser les zones de diffraction dans la croûte et le manteau supérieur. Une première application sera la région de Pyrenées, en collaboration avec l’institut Jaume Almera de Barcelone (M. Schimmel).

Orientations cristallographiques d’olivine et anisotropie sismique dans le manteau supérieur

La multiplication des observations sismologiques montre que, dans bien des cas, les modèles traditionnels de fluage mantellique, comme le fluage en coin dans les zones de subduction, sont trop (...)

Lire la suite

Le déphasage des ondes de cisaillement

La détection et la quantification de la déformation du manteau supérieur est basée sur la biréfringence des milieux anisotropes.
Lorsqu’une onde de cisaillement traverse un milieu anisotrope, elle est (...)

Lire la suite

Mesure de déphasage des ondes SKS télésismiques

Pour appréhender la déformation du manteau à l’aplomb d’une station sismologique, la mesure du déphasage des ondes SKS s’est extraordinairement développée cette dernière décennie. Cette méthode fut (...)

Lire la suite