Nos tutelles

CNRS

Rechercher




géosciences montpellier
université
de montpellier
campus triolet
cc060
place eugène bataillon
34095 montpellier cedex05
france

+33(0)4 67 14 36 02

Nom tutelle large
OREME

Accueil > Public-Presse > Ressources documentaires > Anciens thèmes de recherche > Enveloppes superficielles > Marges passives

Marges passives

Marges passives et architecture sédimentaire

Coordinateur : Michel Séranne

Participants : M Lopez, G Merzeraud, L Briqueu, C Lauer, Y. Leredde, A Taboada, F. Bouchette, B Peybernès

1. Evolution sur le long terme des marges continentales passives

2. Processus de formation et de préservation des corps sédimentaires

3. Discrimination temporelle du signal sédimentaire

4. Evolution du bassin post-dépôt.

5. Marge sud européenne au Paléocène

Le traditionnel cloisonnement des différentes spécialités dans le domaine de la Géologie sédimentaire, allié à la faible résolution des outils pour la contrainte spatiale et temporelle des objets, a considérablement limité la compréhension globale des bassins. Ce n’est qu’à partir des années 80, sous l’impulsion de l’exploration pétrolière que les premières règles prédictives de l’architecture des bassins sont proposées sur la base, en particulier, de la Stratigraphie Séquentielle. Aujourd’hui, avec l’appui des technologies de l’imagerie (sismique, bathymétrique, satellitaire) et de la mesure physique (dynamique et quantification des transferts), ces concepts fondateurs peuvent être précisés afin de permettre une approche globale et intégrée de la dynamique des bassins.
Les marges continentales passives constituent un enjeu scientifique et sociétal de premier ordre. En effet, elles enregistrent à différentes longueurs d’ondes la mémoire des forçages internes et externes de notre planète, donnant à la fois accès à une partie des modèles climatiques et morpho-dynamiques du passé, et elles contiennent une partie des ressources énergétiques et des réservoirs du futur ; avec une très forte incertitude sur l’impact des hydrates de gaz dans le processus d’évolution programmée du climat de la planète.
Notre programme de recherche s’inscrit dans la continuité des travaux entrepris pendant le quadriennal précédent, de manière à conduire à terme et optimiser les résultats de nos travaux. En particulier, nous poursuivrons l’étude intégrée des marges passives, en privilégiant l’analyse des interactions entre les forçages internes et externes, et en prenant en compte les marges depuis le bassin versant jusqu’aux éventails profonds.